12 nov. 2012

Grand-Bassam : Ville historique, "Berceau" de la Côte d'Ivoire




Comme la plupart des ivoiriens, la ville de Grand-Bassam, première capitale de la Côte d'Ivoire, m'a toujours plus attirée pour ses plages et nombreux hôtel/restaurants que pour son patrimoine historique et culturel. En effet, déjà sur le chemin qui y mène de nombreux restaurants/maquis , longent la côte, tentant les plus affamés de s'arrêter "sur la route de Bassam" avant même d'atteindre la ville de Grand Bassam, située à 40km à l'Est d'Abidjan.
Pourtant, ancienne capitale de la Côte-d'Ivoire, à l'époque coloniale, Grand-Bassam offre bien plus que des plage. Elle abrite de nombreux vestiges d'architecture coloniale, des monuments, des lieux culturels ( musée, maison des artistes...) et constitue à elle-seule le "Berceau" de la Côte-d'Ivoire. Sa richesse est aujourd'hui "reconnue" car depuis le 1er Juillet 2012, elle fait partie des nouveaux sites africains inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco.
J'ai donc décidé, pendant mes vacances en Côte-d'Ivoire de passer quelques jours dans cette ville historique pour m'imprégner de son histoire, qui est également celle de la Côte-d'Ivoire toute entière. Mais également pour tenter d'en apprendre davantage sur les N'zima Kôtokô ( ou Apollo), peuple qui habite cette région, dont est issue ma grand-mère maternelle, qui a elle-même grandi dans le quartier N'Zima. C'est une ville qui a également passionnée mes grands parents paternels pour son histoire, bien que n'étant pas issus de cette région.

I. Petits éléments d'histoire

Dans leur livre intitulé "Centenaire de la Côte-d'Ivoire 1887/1888-1988 en cartes postales", mes grands-parents André et Afo Guenneguez, cartophiles et collectionneurs, racontent l'histoire de la Côte-d'Ivoire à travers des cartes postales qui constituaient " le moyen de communication le plus parlant de la période 1900/1930, du fait de la vue et du texte, d'où son emploi développé en Côte-d'Ivoire...".
C'est de ce livre que je tire les informations et quelques images suivantes.

L'histoire de la fondation de l'État de Côte-d'Ivoire est celle de trois hommes : Verdier, le premier a signer des traités avec quelques rois, suivi de Amédée Brétignière puis de Marcel Treich-Laplène. 

Dans les années 1880, lorsque débute ce que l'on a appelé le "partage de l'Afrique", initié par la conférence de Berlin de 1884 ; les Français sont installés à Grand-Bassam et Assinie, les Anglais à Cape Coast Castle et les Allemands au togoland. Lorsqu'en 1887, les anglais connaissent une percée à l'intérieur des terres ouest africaines ; les français craignent que ces derniers s'emparent du centre et ouest de l'actuel Côte-d'Ivoire, risquant de couper les populations de l'intérieur de toutes communications avec les ports. Risquant également de priver les français d'une liaison entre le Côte-d'Ivoire et le Haut-Sénégal et Niger autrement dit une "coupure" anglaise au sein de l'AOF. Les français se cantonnant alors aux côtes, décident d'envoyer Treich-Laplène, conquérir l'intérieur des terres en signant des traités avec les différents rois habitants ces régions. Ce dernier réussira sa mission, en précédant les anglais et en faisant accepter le protectorat français aux nombreux rois concernés. "Cette prouesse....coûtera la vie à Treich-Laplène... qui succombe de l'énorme effort accompli, le 9 Mars 1890 à bord du navire qui devait le déposer à l'hôpital de Dakar". Avant de mourir, il a pu écrire ceci à sa mère : " Si je dois mourir, ce qui me console: c'est d'avoir pu placer sous le protectorat de la France ce vaste et riche territoire".

Marchel Treich-Laplène, est donc considéré comme le fondateur du territoire de la Côte-d'Ivoire. Son souvenir est encore présent dans les rues du quartier France de Grand-Bassam aujourd'hui.
Obélisque à la mémoire de Treich-Laplène



Portrait de Treich-Laplene, issue du livre de mes grands-parents

Livre de mes grands-parents André et Afo Guenneguez

Boulevard portant son nom à Grand-Bassam



En 1899, Grand-Bassam connait une épidémie de fièvre jaune qui tuera 45, des 60 français présents dans la ville. La capitale est alors transférée à Bingerville. Ce monument représenterait la femme d'une de ces personnes emportées par l'épidémie. Elle serait allée faire des courses et aurait, en rentrant, retrouvé son mari mort. (On peut distinguer l'homme à ses pieds).






II. Dans les rues de la ville...de nombreux vestiges!

Voici quelques photos que j'ai prises dans les rues du quartier France.
Je commence par ma préférée qui à l'allure d'un véritable tableau , pourtant ce n'en est pas un ! Merci à mon appareil photo !
Par contre, vous pouvez constater l'état de ruine avancé du bâtiment. La végétation semble avoir raison de lui !


Résidence Ganamet. Désolée pour le gros car devant, cela n'enlève rien à  la beauté du bâtiment ! Mais que se passe-t-il à l'intérieur ?

Il y a des vendeurs de pagnes kitas


Immeuble de la Banque Commerciale Africaine




Le premier hôtel de Grand-Bassam:  l'hôtel de France.

Immeuble de la Compagnie Française de l'Afrique Occidentale

Une rue...

 III. Les N'zima Kôtokô


C'est le peuple N'zima Kôtokô qui habite cette région, ethnie du grand groupe des Akans. En raison des guerres tribales qui sévissent au Ghana, ils viennent s'installer en Côte d'Ivoire au XVème siècle. Pour des raisons économiques, ils s'établiront le long du littoral à Assoyam, aujourd'hui Grand-Bassam.

Il est composé de 7 grandes familles, aux différentes fonctions : N'djuaffou, Ezohilé, N'vavilé, Mafoulé, Azanhoulé, Allonhôba et Adahoulin.

Kôtokô signifierait Porc-Épic en Ashanti, en référence à l'animal qui attaqué, lance ses piquants tel des flèches. Autrement dit, quiconque se frotte au N'Zima, s'y pique !

Ils seront rebaptisés "Apolloniens " par les européens qui débarquèrent à Assoyam le jour de la Sainte Apolline.

Comme tous les Akan, les N'Zima possèdent une royauté ( tous les autres grands groupes de la Côte d'Ivoire sont organisés en chefferie). Il y a plusieurs villages ( notamment le village Impérial Grand-Bassam et le village quartier France), qui ont chacun un chef, toutefois, tous les chefs sont soumis l'autorité du roi. Le roi actuel se nomme (Sa Majesté) Awoula Tanoé Amon Désiré. À l'époque, il obtenait ce statut grâce à sa puissance guerrière, en conquérant des territoires et en soumettant les chefs par la force. Aujourd'hui, il est désigné par consensus :les chefs de village, désigneront d'un commun accord, le futur roi, celui qui gérera l'intérêt commun de l'ensemble des villages.

Les chefs quant-à-eux, sont désignés de la même façon depuis des siècles. Le pouvoir Akan est matrilinéaire. Ce sont les femmes qui le détiennent et qui connaissent l'ordre de préséance. Les Mères se réunissent et présentent le fils aînés de la "soeur" la plus âgés à un comité de Grand Notables ( chefs guerriers, conseillers...) du village qui accepte la proposition. La procédure d'intronisation peu alors commencer. Dans le cas d'un refus, elles doivent présenter quelqu'un d'autre. Au bout de trois refus consécutifs, le peuple est invité à prendre part à cette décision en désignant lui même le chef qu'il souhaite avoir.

Les femmes sont donc le pilier de la société N'zima, les garantes du pouvoir. Elles sont représentées par la Reine-Mère. Il s'agit aujourd'hui de Nanan N'Guettié Ebah II, soeur de sa majesté Awoula Tanoé Amon Désiré. La Reine-Mère peut donc être la mère, la soeur , la tante du roi mais en aucun cas, sa femme.

La fête de l'Abissa ou le nouvel an, est l'évènement culturel N'Zima, le plus connu. Elle a lieu entre fin octobre et début novembre ( la dernière fête de l'Abissa , vient donc de se terminer à Grand-Bassam). C'est l'occasion de se réunir autour du roi, au son des tams-tams parleurs Akan "Edo n'gbolè" et de célébrer l'année qui vient de s'écouler et d'instaurer de nouvelles bases pour celle qui arrive. En effet, cette fête est l'occasion pour le peuple de s'exprimer devant le roi et de dénoncer tout ce qui a pu lui déplaire, sans que cela n'engendre aucunes représailles, ni de la part de ce dernier, ni de celle des notables.

Voici un article de journal intéressant qui nous parle des dernières festivités de l'Abissa : http://www.fratmat.info/component/content/article/88-focus/12347-grand-bassam-labissa-ou-le-nouvel-an-pour-le-peuple-nzima-kotoko.html

Voici une photos du début de la place de l'Abissa, où on lieu les festivités de la fête du même nom. Cette place représente également à l'époque coloniale, la séparation du quartier des colons de celui des dits, indigènes.



Palais Royal N'Zima

Roi N'Zima actuel, photo prise à l'adresse suivante :
http://lesivoiriensontdutalent.blogspot.ca/2012/10/abissa-bassam-nzima-unesco.html





IV. Éléments de culture

Le Musée National des Costumes de Grand-Bassam

Situé dans le quartier France, à l'intersection des boulevards Treich-Laplène et Gabriel Angoulvant, le bâtiment abritant le Musée était autrefois la demeure des différents gouverneurs qui se sont succédés à la tête de la Côte-d'Ivoire de 1893 à 1902. Juste en face, il y a le premier palais de justice ( en pleine désuétude) de Côte-d'Ivoire datant de 1900.

Le 09 Décembre 1980, ce bâtiment alors baptisé Hôtel des gouverneurs devient le Musée National des Costumes qui a pour but de conserver les collections nationales de costumes.
J'ai eu la chance de pouvoir visiter ce Musée très tôt un samedi matin. À notre arrivée, le guide qui a semblé surpris ( est-ce parce que peu de gens viennent le visiter, en particulier si tôt le matin), a failli s'étouffer avec la poignée d'attiéké ( semoule à base de manioc) qu'il venait d'avaler (rires) ! On lui a laissé le temps d'aller chercher un peu d'eau, de se remettre de cette frayeur et nous sommes allés à la découverte de l'intérieur du Musée.

Le guide commence la visite en nous présentant Binger Louis-Gustave, Ier gouverneur du pays, qui a habité ce palais de 1893 à 1896 puis nous plongeons à travers l'histoire mais également les pratiques culturelles et cultuelles des quatre grands groupes ethniques ( Gour ou Voltaïque, Mandé, Krou et Akan) qui composent les Côte-d'Ivoire.

Le bâtiment, constitué deux étages aux pièces très spacieuses abrite différents supports d'information : photos, figurine en bois, statut grandeur nature, maquette de différents habitats traditionnels, masque miniature...vous aurez la chance de voir d'anciens meubles utilisés et laissés par les gouverneurs, leur chambre, salle de bain et bien d'autres surprises.

À la fin de votre visite, vous saurez reconnaître un roi Akan, vous saurez également comment s'habillait les chefs des autres groupes ethniques ( textiles traditionnels, industriels, vêtement en écorce, en rafia) . Vous saurez, comment en fonction des région et de l'ethnie qui y habitait, les villages étaient construits...Mieux encore vous pourrez identifiez les féticheuses(sorcières) de votre entourage !

Musée National du Costume

Premier Palais de Justice de Côte d'Ivoire, situé en face du Musée. Photo prise depuis le  premier étage du Musée du Costume
 À côté du Musée, sous un grand apatam, vous pourrez voir l'exposition/vente de quelques artisans.
Apatam artisans. Fauteuils réalisés avec des cornes de zébu ! :o !

La maison des artistes-plasticiens de Grand-Bassam

C'est un bâtiment qui attire le regard de quiconque passe sur le boulevard Treich-Lapleine en raison des couleurs vives recouvrant sa façade. Autrefois lieu de transit de marchandises, il sert aujourd'hui d'exposition permanente au travail de nombreux artistes tel que Monsieur Tanoh Koffi Maturin, qui nous a accueillit chaleureusement et nous a servi de guide. Ses tableaux , tous à vendre d'ailleurs, nous ont marqué en raison leurs couleurs vives et des images et impressions qu'ils transmettent.

Les photos étant interdites dans l'enceinte du bâtiment, il m'est impossible de vous montrer un apercu des oeuvres exposées. Monsieur Tanoh nous a expliqué la raison de cette politique : plusieurs œuvres se sont retrouvées sur internet sous forme de cartes de vœux et ce sans aucune précision quant à leur provenance et donc sans aucune mention du nom des artistes. Ce type de problèmes fait partie des nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés ces artistes , en plus du manque de moyen ( pas d'électricité), de la vétusté du bâtiment et bien d'autres encore...

N'oubliez pas de faire un petit don pour saluer et encourager le travail de ses artistes courageux et talentueux !








Maison du patrimoine culturel

Je trouve que les renseignements apportés par cet avis du site petit futé sont complets et intéressants :

" Anciennement Hôtel des Postes et Douanes, cette jolie bâtisse récemment rénovée date de 1894. Les bâtiments qui la composent ont été importés en kit à la fin du XIXe siècle et montés sur place par des ouvriers ivoiriens qui se chargèrent notamment de toute la partie maçonnerie. La colonne du milieu et les étages furent ajoutés par la suite (aux environs de 1900) et, à l’époque, les bâtiments coloniaux étaient ainsi conçus que la partie en pied était réservée aux bureaux et aux entrepôts tandis qu’à l’étage se trouvaient les habitations. Le 11 juillet 2002, la bâtisse a été rattachée par décret au ministère de la Culture et de la Francophonie qui en a fait la Maison du patrimoine. Entre autres activités, cette dernière s’est fixé pour objectif de procéder à un inventaire et à une mise en valeur du patrimoine culturel de la ville de Grand-Bassam et, partant, de créer un pôle d’attraction permettant de contribuer au développement culturel artistique et touristique de cette partie du littoral. Cette action se traduit notamment par une viabilisation des maisons coloniales, qui trouve son aboutissement dans le projet d’inscription du quartier France au patrimoine mondial de l’Unesco, projet initié par le maire de la ville, en collaboration avec le ministère de la Culture et de la Francophonie. Avec l’appui de la Mairie de Bassam et du conseil général, les employés de la Maison du patrimoine œuvrent donc à la sensibilisation de la population afin d’amener celle-ci à s’impliquer activement dans la préservation de cette partie de son patrimoine. Concrètement, un décret national garantit la protection de l’intégralité du quartier France (dont à l’origine seuls 20 bâtiments étaient classés), protection qui passe notamment par un respect de son harmonie architecturale : ainsi, toute maison nouvellement construite dans l’enceinte de ce périmètre protégé doit-elle se conformer à l’architecture coloniale en en reproduisant les caractéristiques et en n’excédant pas les deux étages. La sensibilisation du grand public se manifeste aussi par d’autres actions à vocation plus culturelle, comme l’organisation de journées thématiques et d’expositions. Les murs de la Maison du patrimoine abritent ainsi une exposition permanente de photographies montrant l’ancien Bassam de la période coloniale. C’est également l’établissement le plus à-même de fournir des guides qui vous emmèneront pour une visite à travers le quartier France. Il vous suffit pour cela de vous présenter et de prendre rendez-vous."

Source : Petit Futé , http://www.petitfute.com/adresse/etablissement/id/194243/maison-du-patrimoine-culturel-visites-points-d-interet-grand-bassam



La poste et la Douane aujoud'hui Maison du Patrimoine culturel. Photo d'une carte postale issue du livre Centenaire de la Côte d'Ivoire 1887/1888-1988 en cartes postales.



Le phare de Grand-Bassam

Situé au quartier du même nom, ce bâtiment majestueux de 17m de haut, rappel l'essor économique connu par Grand-Bassam durant la période coloniale. Ses travaux qui durèrent un an , s' achèvent en 1914 mais il ne sera mis en service qu'en 1915, avec sa lanterne d'une portée de 33kms. Il est éteint en 1951 lorsque le port d'Abidjan est inauguré. Tout comme le palais de justice, le transfert du pouvoir politique et économique sur Abidjan à fait tomber de nombreux bâtiments en désuétude.

Photos de Grand Bassam, prise sur le toit d'un bâtiment colonial, on peut apercevoir, dans le coin à gauche le phare.








Artisanat

-Tisserand : Dans les rues de Grand-Bassam, vous trouverez de nombreux tisserands qui font des étoffe de kita. Le pagne Kita est considéré comme un symbole de richesse car c'est le tissu porté par les rois Akans et les chefs de d'autres ethnies...
Les artisans que nous avons rencontrés, font ce métier depuis leur plus jeune âge.




En train de répondre à nos questions !





Alors que ma soeur, ma cousine et moi , nous longions la lagune, nous sommes tombés sur un autre artisan, qui nous a proposé d'essayer son "métier à tisser ".
Petite vidéo de ma cousine Anais à l'essai :
Maintenant le travail du maitre (le premier tisserand) :





-Centre de céramique :c'est à la fois une usine, un centre de formation et un lieu d'exposition/vente. Vous y trouverez des couverts, objets de décorations et bien d'autres surprises

Entrée du Centre de Céramique

-Antiquaires/collectionneurs: Il y a également dans les rues du quartier France de Grand-Bassam quelques antiquaires. Il y en deux juste derrière la Résidence Boursault, située en face de la Bibliothèque municipale et du Centre de Culture: Jean-Baptiste Mokey.





Bibliothèque municipale et Centre de Culture Jean-Baptiste Mockey

Il y en a également un en face des arbres qui bordent la lagune, juste après le pont de la victoire. Ce dernier a une collection impressionnante, venant de diverses régions du continent :  calaos sénoufos, figures baoulés, camerounaises, béninoises et bien d'autres encore...

tête de colon ! Il me fait penser à un ex président lol



Masque béninois

Vêtement de dozos (chasseurs traditionnels) avec des gris-gris
békré, singe baoulé

sages sénoufos

Porc-Épic, bas-zaïre/cameroun

kalefedjo (sénoufo)

Ainsi Grand-Bassam , est une ville à découvrir. Mais c'est également une ville en danger en raison non seulement de la décrépitude des bâtiments constituant sa richesse mais en raison, également, de la montée des eaux et des comportements à risque de ses habitants. L'inscription récente de son quartier France au patrimoine mondial (1er Juillet 2012) de l'Unesco suscite de nombreux espoirs quant à l'obtention de moyens financiers pour tenter de remédier à ses nombreux problèmes mais également quant à une hausse de l'intérêt et de l'implication des ivoiriens pour la préservation de ce joyau.
Je terminerai avec une phrase que ,Nanan Kouamé Adou, chef du village Impérial Grand-Bassam, a prononcé lors d'une émission que je regardais l'été dernier  :  "Avant d'être ivoirien, on est tous Bassamois que l'on soit N'zima ou pas"!



Quelques images "en vrac":



Manguiers centenaires longeant la lagune

On peut apercevoir le pont de la victoire qui mène à Grand Bassam
Marché artisanal sur la route de Grand Bassam






14 commentaires:

  1. merci tu ma transporté en lisant ton article je suis fière detre ivoirien!!! bref ton article est puissant

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment, sincerement, franchement, parfait.

    On a un beau pays et on devrait en etre fier.

    Mademoiselle Guenneguez, vous etes plus que loin sur le chemin!


    (puissant c'est le mot)

    RépondreSupprimer
  3. Article particulièrement fouillé. La photo a également été bien exploitée. Les 10 minutes que j'ai passées à retrouver l'intégralité de l'article n'ont pas été inutiles finalement. D'autre part, l'intégration du module social "facebook share" sur ton blog pourrait permettre aux auteurs de page facebook de partager ton article. c juste une p'tit suggestion. Je sens que je commence à aimer ce blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !!!
      Et oui, c'est une suggestion pertinente ! Je vais tenter de changer le type d'affichage car cette fonctionnalité ne semble pas marcher ac l'affichage dynamique !

      Supprimer
  4. Interesting as usual! Merci pour le voyage!

    RépondreSupprimer
  5. Bravo Ma cherie! j ai fait le tour de bassam en un article (dossier) c est vraiment bien fait et complet! (J ai aime la tete du colon mdr)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma poulette !!! Aahah j'étais certaine que tu ferais le lien ;-) !

      Supprimer
  6. Merci à vous de nous présenter toutes ces photos.
    Célà nos rappelle l'histoire de Bassam ...çà me donne une grande envie d'avoir une propriété la-bas dans quelques années.

    RépondreSupprimer
  7. Plaisir d'avoir revécu par le texte et l'image une vieille ballade (1998) à Bassam. "Chez Gaston" : avocat-crevettes, brochettes de mérou, Flag. Un merveilleux moment. Depuis, je vis ailleurs.J'ai mis dans un poème ce qui demeure en moi de mon séjour en terre d'Ivoire. Bien cordialement. http://chemintournant.blogspot.com/2012/06/jolo.html

    RépondreSupprimer
  8. tres bien
    http://www.facebook.com/bassampatrimoinemondialunesco

    RépondreSupprimer